Wind River

Un film de Taylor Sheridan

Etats-Unis – 2017 – 1 h 51.

Brillant scénariste (Sicario de Denis Villeneuve en 1975, Comancheria de David Mackenzie en 2016), Taylor Sheridan écrit et réalise lui-même ce nouveau  thriller, situé dans le territoire indien de Wind River, au coeur des montagnes enneigées du Wyoming.

L’ouverture du film, en parabole biblique, nous plonge immédiatement dans ce que seront la couleur et l’ambiance du film, en nous montrant un troupeau de moutons menacé  par une meute de loups.

Le berger qui prend soin des brebis, ou plutôt le « fixeur » chargé d’abattre les prédateurs carnassiers, c’est Cory Lambert, mal remis de la mort tragique de sa fille, et de la séparation d’avec son épouse. Très vite, il va devenir le guide et le conseiller d’une jeune inspectrice du FBI, arrivée sur ces terres hostiles pour élucider les circonstances de la mort de Natalie, jeune fille indienne retrouvée dans la neige, violée et assassinée. Lire la suite…

Eté 93

Un film de Carla Simon

Espagne – 2016 – 1 h 34

Les Anglo-Saxons les appellent les « feel-good movies ». Pour les Français, ce sont des comédies douces-amères, qui réconfortent, et rendent optimistes. Eté 93, le film de Carla Simon, entre parfaitement dans cette définition, et c’est une complète réussite.

1993, les années SIDA. A 6 ans , Frida se retrouve orpheline, après la mort des ses parents, emportés par cette maladie (Dont le nom ne sera jamais prononcé dans le film !). Recueillie par sa tante Marga, et son oncle Estève, eux-mêmes parents de Paula âgée de 3 ans, Frida va devoir construire une nouvelle vie au sein de cette nouvelle famille. Lire la suite…

Avant la fin de l’été.

Un film de Maryam Goormaghtigh

France – Suisse – 2017 – 1 h 20.

Trois amis Iraniens, la trentaine, des études à Paris, une vie en devenir, des projets mal assumés de retour au pays. Ce retour, Arash semble bien décider à le concrétiser, mais Hossein et Ashkan, beaucoup moins motivés vont tenter de l’en dissuader, ou tout au moins de l’aider à réfléchir avant de prendre une décision définitive. Un voyage de Paris jusqu’au Midi, au bord de la Méditerranée, pourrait conduire Arash à goûter encore un peu plus aux charmes et aux beautés de la France, et à le retenir un peu plus dans son pays d’accueil.

Le film décrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité les pérégrinations des trois amis de campings en campings plus ou moins improvisés, prétextes à des rencontres, mais surtout à de longs échanges où l’on parle du pays natal, des mollahs, de la façon de porter le voile, de la famille, des femmes, des amours, du mariage…… Lire la suite…

Koblic

Un film de Sebatian Borensztein

Argentine

2016

1 h 32

Le Capitaine Tomas Koblic fait des cauchemars. Il revoit le jour où il pilotait l’avion dans lequel se trouvaient les opposants à la dictature militaire argentine qui étaient précipités dans la mer. Hanté par ce souvenir, il se retire dans une région perdue de la pampa, où il se retrouve face à face avec les tortionnaires dont il s’est désolidarisé. Le commissaire de police du village, suppôt du régime dictatorial, va rapidement le suspecter et le faire surveiller……. Lire la suite…

Silence

Après sa présentation sur les écrans en février 2017, « Silence » vient de faire l’objet d’une sortie DVD et Blu-ray, permettant de découvrir ou de revoir, le superbe film de Martin Scorsese. Adapté du roman de Shuzaku Endo portant le même titre, « Silence » s’impose par sa beauté formelle, par la qualité de ses interprètes, et par les thèmes religieux qu’il véhicule avec une grande puissance.

Dans le Japon du 17ème siècle, deux jeunes Pères Jésuites partent à la recherche d’un troisième dont ils ont été les disciples, et qui ne donne plus de ses nouvelles. Il semble avoir renoncé à sa foi chrétienne, et adopté la spiritualité bouddhiste. Le film décrit avec beaucoup de réalisme les cruelles épreuves que vont rencontrer les deux Pères Jésuites au cours de leur recherche.

Le film soulève de façon plus ou moins exhaustive, trois thèmes touchant à la foi et à l’engagement religieux.

Le premier, le principal, est celui du silence de Dieu, comme l’indique clairement le titre. Silence de Dieu face aux épreuves, aux souffrances, aux persécutions, l’espérance d’un secours, d’un soulagement venant de Dieu se heurtant à un vide total.

Lire la suite…

« Une Vie » de Stéphane Brizé (mis en page Marion essai)

Lundi 12 décembre à 20 h 30 au presbytère de l’église du Sacré-Cœur

La discussion et les échanges porteront sur le film : « Une Vie » de Stéphane Brizé (Sortie le 23 novembre 2016).

Presbytère de l’église du Sacré-Cœur, 89 rue Antoine Charial, Lyon 3ème. (Parking dans la cour).

Après la tempête

Un film de Hirokazu Kore-eda

Japon – 2016

« Après la Tempête », le nouveau film d’Hirokazu Kore-eda nous plonge avec bonheur dans l’ambiance à laquelle il nous a maintenant habitués depuis plusieurs films, et qui est devenue la signature d’un des plus grands réalisateurs actuels. Le monde de Kore-eda, scénariste et réalisateur, c’est celui de la famille, parents, grands-parents, enfants avec constamment une touche autobiographique plus ou moins marquée. Lire la suite…

I am not you Negro

Un film de Raoul Peck

Etats-Unis – 2017

A partir des écrits de Baldwyn, Raoul Peck décrit la ségrégation raciale aux Etats-Unis, au cours de la seconde moitié du 20ème siècle. Le film montre de nombreux extraits de films, montrant soit l’histoire des Noirs, soit des comédiens noirs.

Merci patron

Merci Patron !

Un film de François Ruffin
France – 2016

Licenciés d’une usine du Nord appartenant au groupe de luxe LVMH, dont Bernard Arnault est le PDG, les époux Klur se retrouvent au chômage, avec 400 € par mois, et la menace de la saisie de leur maison. François Ruffin décide de voler à  leur secours, en montant une véritable arnaque. Débordant d’humanité, constamment drôle, maniant habilement la dérision, « Merci Patron ! », film très engagé et éminemment « politique », raconte cette savoureuse machination.

« Jubilatoire, ce pastiche de thriller sur fond de lutte des classes réussit la gageure de ­réenchanter l’action dans une époque « aquoiboniste ». Moqueur sans condescendance, joyeusement combatif, le film est un parfait dosage d’humour et de constat social. La preuve que l’engagement peut être payant. » Télérama.

 » Le suspense et le spectacle sont au rendez-vous. Cette histoire de Robin des bois chez les Ch’tis, vaut bien des films d’arnaque hollywoodiens.  »
La Croix.

« Merci patron ! » est une fête de l’esprit, en même temps que le triomphe de la fraternité sur l’argent roi.
Nouvel Observateur.